Tadelakt marocain

 

La rivalité entre l'héritage berbère, d'une part, et l'influence hispano-mauresque, d'autre part, se retrouve dans les techniques employées tout comme dans les motifs et les décors qui ornent les pièces d'argile. Au Maroc, cette tradition séculaire s'est élevée au rang d'un art rarement égalé. On distingue deux catégories majeures : la poterie citadine et la poteries rurale. Le tadelaket demande de longues heures de patience a base de chaux éteinte de Marrakech malaxe et mélangé Tadelaket et appliqué sur une poterie en terre cuite et également utilisé pour réalisé des pièces entières notamment les murs des salles de bain et les hamames.